American Gods saison 1 en streaming disponible !

American Gods saison 1 en streaming disponible !

mai 9, 2018 0 Par Ninja Scroll

Quelle ravive série d’ébats, l’une des dieux américains. Ayant commencé comme un rêve fébrile de Bonkers, l’adaptation du roman culte Neil Gaiman par Bryan Fuller et Michael Green s’installe par incréments dans un thriller surnaturel relativement simple. Mais il ne s’est jamais vraiment débarrassé de cette étrangeté étouffante initiale – un surréalisme de pulpe qui s’annonçait avec une scène précoce dans laquelle un homme était littéralement avalé tout entier pendant qu’il faisait l’amour.

Avec Ian McShane et Gillian Anderson qui s’amusent en tant que divinités rivalisant pour les adeptes de l’Amérique contemporaine, le spectacle n’a pas manqué de performances convaincantes (bien que le héros Shadow Moon ex-Hollyoaks star Ricky Whittle soit un peu un vide grincheux). Et il y a eu des moments d’horreur obsédante, comme la séquence dans laquelle les esclaves enchaînés et liés pour le Nouveau Monde sont doués d’une vision des déprédations qui attendent leurs descendants par le dieu araignée ouest-africain Anansi (Orlando Jones).

dieux américains
Kristin Chenoweth et Ricky Whittle
Pourtant, alors que la saison tire à sa fin, même les plus grands fans des Gods américains ne prétendent pas qu’ils étaient à l’écoute de l’intrigue passionnante. Comme pour le livre de Gaiman, il s’agit d’un chef-d’œuvre de méandres. Le frisson est dans le voyage, la destination est une pensée après coup.

Malgré tout, le dernier des huit épisodes a fait de son mieux pour présenter de véritables rebondissements. Le principal d’entre eux était la révélation que la femme ressuscitée de Shadow Moon, Laura (Emily Browning), a été tuée sur l’ordre de McShane mercredi, afin de pousser son mari dans son emploi.

Kristin Chenoweth en tant que Pâques
Kristin Chenoweth en tant que Pâques
La raison pour laquelle le Dieu Corbeau était si désespéré d’avoir ce mortel couvant sous son aile restait un mystère. Cependant, mercredi était d’humeur expansive. Au milieu d’un orage de CGI, il a dévoilé sa véritable identité comme celle de l’immortel nordique rapace Odin.

C’est ce qu’il a révélé dans les jardins couleur bonbon de la divinité Ostara alias Pâques (Kristin Chenoweth). Mercredi était face à une trinité impie de dieux modernes : Media (Anderson), Technical Boy (Bruce Langley) et Mr World (Crispin Glover). McShane n’est jamais moins qu’observable et était à son meilleur moment pour échanger des blagues sombres avec Anderson’s Media, dont l’ensemble Ziggy Stardust de plusieurs semaines avait été remplacé par une tenue inspirée par Judy Garland lors du défilé de Pâques.

Kristin Chenoweth et Ian McShane
Kristin Chenoweth et Ian McShane
“Vous vouliez une guerre…. vous avez une guerre”, a sifflé M. World alors qu’Ostara, egged on par Odin, l’a banni avec un ouragan de pétales magiques. Mais s’il était encourageant de voir l’ancien et le nouveau conflit prendre de l’ampleur, les téléspectateurs se sont peut-être sentis lésés qu’il a fallu tant de temps pour que cet élément fondamental de l’histoire se mette en place avec emphase. La vraie affaire – un conflit formel entre les dieux anciens et nouveaux – sera gardée en réserve jusqu’à l’année prochaine (le réseau Starz a des dieux américains éclairés par la lumière verte pour au moins une saison supplémentaire).

Ian McShane et Ricky Whittle
Ian McShane et Ricky Whittle
D’autre part, il était réconfortant de voir Shadow Moon et sa femme réunis maladroitement alors qu’une scène dans laquelle Laura, un mort-vivant, crachait des asticots dans un évier était un morceau courageux de dégoûtant dans un spectacle avec une faiblesse pour prétendre même les événements les plus horribles. L’autre bombe en partance était que la déesse de l’amour mangeur d’hommes Bilquis (Yetide Badaki) travaille pour Technical Boy, qui l’a armée d’une version céleste de Tinder.

Au milieu de la démesure divine, il y avait aussi des éclairs d’humour, comme Shadow Moon comptait avec un bus rempli de jésus rassemblés à la résidence d’Ostara pour célébrer Pâques. La grande vanité est que les dieux sont ce que nous voulons qu’ils soient. D’où la douzaine ou plus de hippy-dippy Christs, chacun d’entre eux tordant selon une saveur de croyance différente.

Plus de cet esprit bizarre et la série deux pourrait être où ce drame brillamment déconcertant monte finalement à un niveau plus élevé de prestige TV.